Slider

Bienvenue au 12e congrès de la Société Francophone de Tabacologie

  • 00Jours
  • 00Heures
  • 00Minutes
  • 00Secondes

Sous le haut patronage

Ministère des Solidarités et de la Santé

de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives

Mot de la Présidente SFT

Dr Anne-Laurence Le Faou, Présidente de la Société Francophone de Tabacologie

C’était il y a six ans…La Cour des Comptes, dans son rapport de décembre 2012 portant sur l’évaluation de la politique de lutte contre le tabagisme entre 2000 et 2010 avait souligné que les plans gouvernementaux n’avaient pas assez investi en tabacologie. De fait, la prise en charge du sevrage tabagique en France doit être enfin valorisée car elle constitue un investissement. Depuis 1997, il y a maintenant plus de vingt ans, les études coût-efficacité américaines et britanniques portant sur l’aide au sevrage tabagique ont montré que le tabagisme comptait pour 15% des dépenses de santé et qu’en conséquence, les gouvernements ne pouvaient que mesurer l’intérêt de l’aide au sevrage tabagique, même si les aspects de santé publique ne leur paraissaient que secondaires.

Les échéances à venir peuvent permettre de réaliser une politique pro-active de lutte contre le tabagisme : le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2019, l’application du nouveau Plan national de lutte contre les addictions de la MILDECA, le Plan National de Réduction du Tabagisme 2 et la stratégie nationale de santé 2018-2022, mettant l’accent sur la promotion de la santé et la prévention. Enfin, l’édition Moi(s) sans tabac 3 sera à nouveau un moment fort de l’année 2018.

Cependant, trois axes essentiels sont à développer outre les mesures de taxation :

  • La formation des professionnels de santé au cours de leur cursus par des enseignements à la fois théoriques et pratiques. La formation doit concerner tous les cursus initiaux des professionnels de santé et sociaux ainsi que la formation continue. Pour cela, il serait important que des postes fléchés puissent être créés car l’ampleur du retard est considérable ;
  • Le développement des centres spécialisés de tabacologie pour recevoir les fumeurs en lien avec le médecin traitant. En 1999, une enveloppe financière nationale de 3,5 millions d’euros sur trois ans distribuée au niveau régional, avait conduit à initier environ 500 consultations spécialisées en France, la consultation pouvant se réduire à une demi-journée par hôpital. Ainsi, les consultations de tabacologie ne couvrent encore qu’en faible partie les besoins pour l’aide à l’arrêt des fumeurs. Or plus la prise en charge augmente en intensité, plus le taux de réussite du sevrage augmente. En outre, certains groupes de fumeurs ont besoin de prises en charge intensives : les patients précaires, les femmes enceintes, les patients psychiatriques, les patients avec comorbidité somatique liés au tabac et les fumeurs avec co-addictions. En outre la systématisation de la prise en charge des fumeurs en pré-opératoire et à l’admission dans les établissements de santé et médico-sociaux permettrait d’élargir encore les opportunités de tentatives d’arrêt.
  • La recherche en tabacologie permettra seule d’avancer qu’il s’agisse de la recherche fondamentale, la recherche clinique, la recherche « en vie réelle » dans les conditions de pratique quotidienne ainsi que la recherche en sciences humaines et sociales.

De fait, on observe une spécificité du comportement tabagique en France par rapport aux pays voisins, pays dont la prévalence tabagique est plus faible avec parfois pourtant, un niveau de prix plus faible.

Pour faire de la lutte contre le tabagisme une priorité, il est nécessaire de reproduire la politique britannique de lutte contre le tabac en tenant compte des spécificités de notre système de santé : formation structurée, nécessité de fléchage de postes titulaires hospitaliers et hospitalo-universitaires pour développer ce champ addictologique afin de participer à des travaux de recherche et structurer un enseignement afin d’attirer des jeunes.

A cet égard, et pour éviter que le « Service sanitaire » des étudiants des professions de santé ne vienne encore renforcer les inégalités de santé par manque de formation, la Société Francophone de Tabacologie recommande que, le tabagisme, déterminant majeur de santé, soit systématiquement enseigné lors de ces six semaines d’immersion en prévention primaire et que les actions menées sur ce thème soient à la fois basées sur des preuves, menées avec rigueur et évaluées.

Tenant compte de ces points, notre congrès montpellierain abordera l’actualité de la formation et de la recherche en tabacologie : état des connaissances sur le vaporisateur personnel ou vape, tabac et maladies cardiovasculaires, tabac et diabète, effets méconnus du tabac sur la santé, tabac et poumon, tabac et cancer. Nous accueillerons comme à l’habitude, les sessions sages-femmes et infirmières, professions indispensables à la prise en charge du sevrage tabagique. Les étudiants des diplômes inter-universitaires de tabacologie concourront au prix du meilleur mémoire de l’année et les posters nous permettront de visualiser les travaux des équipes !

Je vous souhaite un excellent congrès et serai très contente de vous retrouver tous.

Mot de la Présidente du Comité scientifique et d'organisation

La tabacologie au cœur de la santé est une évidence qui n’est pourtant pas encore totalement acquise. Même si des évolutions favorables sont notées ici ou là, la lutte contre le tabac constitue toujours un enjeu majeur de santé publique.

Les défis à relever en tabacologie restent nombreux : la connaissance des mécanismes d’addiction au tabac est parcellaire, les découvertes de l’impact des produits du tabac sur le corps sont en perpétuelle progression, les nouveaux usages bousculent les pratiques et suscitent de nouvelles interrogations et les inégalités sociales de santé se creusent faisant du tabac un marqueur de la vulnérabilité.

Seule la mobilisation de tous les acteurs de santé pourra permettra de progresser dans les différents domaines de la discipline et rendre possible une meilleure prise en charge des fumeurs. L’ambition de ce congrès est d’être un lieu privilégié pour vous permettre de partager et de diffuser la connaissance scientifique. Nous espérons qu’il sera pour vous l’occasion de découvrir des données originales efficaces et utiles pour vos activités au quotidien mais aussi de dégager de nouvelles perspectives et voies d’étude pour les actions de la tabacologie du futur.

Le comité d’organisation est heureux de vous accueillir à Montpellier, ville Santé par excellence membre du Réseau français des Villes-Santé de l’OMS depuis 1990 et vous souhaite un bon congrès riche en connaissance, partage et convivialité.

Le comité

CONTACT

Carte Blanche
7 chemin En Barbaro – 81710 Saix – France
Tél.: 33 (0)5 63 72 30 68 – Fax: 33 (0)5 63 72 30 32 – contact@csft2018.com

Fermer le menu